La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas

C’est dans un petit restaurant indien fort sympathique que mon ami Yvan Fauth me parle de ce livre dont j’avais zappé la sortie. Sa chronique est prête à être publiée sur son blog (vous pouvez trouver le lien dans l’onglet « les blogs des copains »), il m’explique, avec quel brio, l’auteur l’avais roulé dans la farine. Quand quelqu’un comme Yvan est bluffé par une fin inattendue, c’est forcément du lourd. Des chutes il en a vu, des bonnes, des mauvaises, des surprenantes, des qu’on voit arriver de loin…

Il n’en fallait pas plus pour me convaincre. La couverture est magnifique. Ma pile à lire est cour circuitée, à peine sorti de la librairie, je commence la lecture. Dès le premier chapitre l’auteur me lance un défi en me disant ouvertement : Tu vas te faire avoir!

Ceux qui me connaissent savent que j’aime les défis. Je ne suis quand même pas un âne, il est hors de question de me faire avoir. Je prends des notes et relève toutes les indications qui arrivent au fur et à mesure de la lecture. Ma femme a mis le holà quand j’ai sorti le tableau en liège dans la chambre à coucher pour y accrocher les indices et les relier les uns aux autres avec de la ficelle. Ok chérie je fais ça sur une feuille, mais si je ne trouve pas ça sera de ta faute.

Nous sommes en 1961, Le corps de Joel est retrouvé dans une usine de confiture d’un petit village bien tranquille qui n’a jamais connu de drame avant ce jour. Un jeune policier venant de la grande ville est dépêché sur place pour élucider ce meurtre. Un orage ayant coupé les liaisons téléphoniques, seul un échange épistolaire est possible avec la procureure de la république, afin de la tenir informée de l’avancée de l’enquête. Les chapitres jonglent entre la retranscription des lettres échangées et les pérégrinations du policier dans son enquête.

Un livre savoureux en tout point. L’écriture qui évolue en fonction des personnages en scène.  L’atmosphère et l’ambiance générale du village et de ses habitants.  Et surtout l’idée fabuleuse et fort malicieuse qui a coup sûr va berner encore de nombreux lecteur. Je suis fier de dire que j’ai découvert le fin fond de l’histoire avant que l’auteur ne dévoile tout. Mais sans aucune prétention, je ne pense pas que nous seront beaucoup à pouvoir nous venter de cela.

Sortie: 2 octobre 2019

Maison d’édition: Albin Michel

3 réflexions au sujet de « La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s